Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 08:39
Vous ne connaissez toujours pas Xavier Mathieu ? Vous perdez.. J'avais pourtant écrit un article sur lui, intitulé "Une seule solution, la révolution ?" A quoi ça sert, que Ducros se décarcasse ?  
Pour ceux qui suivraient toujours pas, c'est le responsable CGT de Continental qui a donné (en direct devant les cameras de télé) le signal de destruction d'une sous-préfecture à ses ouailles en s'entendant dire au téléphone que les revendications des licenciés n'étaient pas acceptées.
C'est aussi celui qui traite Bernard Thibaut, le responsable de la CGT de "racaille" pour avoir refusé de de dire que la destruction de la préfecture était "légitime". c'était le 17 août à France info. Voici la citation : "Les Thibault et compagnie, c’est juste bon qu’à frayer avec le gouvernement, à calmer les bases, Ils servent juste qu'à ça, toute cette racaille."
 
C'est également celui qui, chez F.O.G, (Franz olivier Gisbert) à l'émission  "A vous de juger", tient les propos suivants :
"La seule solution, c'est l'esprit révolutionnaire, c'est d'attraper tous ces enfoirés, les économistes, les têtes pensantes...qui nous racontent des bobards "
"Aujourd'hui la peur, elle est du côté des petits, mais un jour, elle va changer de côté, elle sera du côté des grands.."
"Nous le peuple, les salariés, les êtres humains
" (Les "responsables, les têtes pensantes" ne seraient-elles pas des "êtres humains" dans la taxinomie de Mathieu ? S'ils ne le sont pas, que sont-ils donc ? Des bêtes malfaisantes, qu'il faut éliminer ?)
Bref tout un programme de réjouissances qui a déjà été mis en oeuvre dans le passé, sous les 3ème Reich avec les juifs, (banquiers ou non, capitalistes ou non), en URSS, au Cambodge, en Chine pendant la révolution culturelle, avec le succès que l'on sait ......

Le porte parole du PS, Benoit Hamon, vient d'emboiter le pas à Mathieu hier sur BFMTV, qualifiant le directeur du pôle emploi de "canaille", au motif que ce dernier falsifierait les chiffres du chômage. L'impétrant se défend en faisant valoir que le système de calcul des demandeurs d'emploi est le même depuis 1995 et envisage de porter plainte pour diffamation. Si ce qu'il dit est vrai, on peut penser que le gouvernement Jospin s'est bien accommodé, en son temps, de ce mode de calcul... Affaire à suivre
De là à traiter le directeur du pôle emploi de canaille... Quelle mouche a donc encore  piqué Benoit Hamon, qui n'en est pas à sa première sortie intempestive à l'égard de responsables politiques ou patronaux.
S'il s'agit d'une bourde lui ayant échappé, il ne s'agit pas de la première et on peut se demander pourquoi Hamon reste à ce poste malgré les critiques qui lui ont déjà été adressées au sein de son propre parti. On se souvient notamment de l'affaire Mitterand, interlude médiatique pendant lequel Hamon fut accusé par certains de ses camarades de populisme et de démagogie, s'alignant sur Marine Lepen dans sa dénonciation de ceux qui, sous couvert de littérature feraient l'apologie de la pédophilie et du tourisme sexuel.........
Mais on peut penser que sa nomination et son manitien aux manettes de la communication du PS a été voulue par l'actuelle direction, précisément pour contrer les courants plus centristes du parti qui souhaitent une une alliance avec le Modem. Dans cette hypothèse, Hamon serait l'homme de la situation, étant, au PS, ce que Lefevre est à l'UMP en direction des électeurs du front national. : En envoyant des signaux "prolétariens" à l'extrême gauche et à la gauche de la gauche,on espèrerait récupérer leurs voix au deuxième tour des régionales, ne pas se faire dépasser par Europe écologie, et  faire avorter dans l'oeuf toute tentative de positionnement au centre gauche émanant des présidentiables modérés, que certains militants de base et la très contestée  "majorité" actuelle du parti considèrent comme des "droitiers".
Ainsi donc, ceux qui reprochent à Sarkozy de flatter un électorat populaire potentiellement "frontiste", en parlant de l'identité nationale, se rendent coupables de la même dérive populiste et démagogique, gauchiste celle-là, en direction d'une frange de son électorat désabusée par les échecs de la gauche traditionnelle à réformer la société, à rendre le capitalisme un peu plus "social".
En tout cas, lorsque ces dérives verbales ne sont plus le fait de l'extrême gauche radicale, mais émanent du porte parole du principal parti d'opposition, on peut être inquiet et cela confirme largement les craintes que j'émettais (et que certains ont sans doute trouvé exagérées) quant à un climat politique pouvant déboucher sur l'adhésion à des solutions de nature totalitaire. "Racaille" et "canaille" appartiennent au même régistre nauséabond et on ne peut s'indigner lorsqu'il est employé par le Président pour désigner des voyous de quartier et le trouver pertinent quand il s'adresse à ceux que Mathieu appelle "enfoirés" et qui ne sont autres, selon lui,  que les "économistes, les têtes pensantes.. qui nous racontent des bobards" .
Quand on commence à désigner les intellectuels et les responsables de grandes administrations publiques de "canailles" à la solde du grand capital, on est sur une pente savonneuse.. et dangereuse ........

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte libre

  

Paperblog

Catégories