Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:01
Article de l'Echo du Berry

Edition de La Châtre et Du Boischaut-Sud
Jeudi 7 Novembre 2013
Loisirs, pratique, jeux…
À lire
Jean-Claude Fournier ou Le Prince des parquets-salons

Avec son premier roman, Le Prince des parquetssalons, le Montluçonnais Jean-Claude Fournier plonge le lecteur dans l'univers des « parquetssalons » ou « bals montés » comme on les appelait à l'époque. Cette fiction, basée sur nombre de faits autobiographiques, raconte l'histoire d'une bande de jeunes qui écument les bals de la région dans la campagne bourbonnaise. L'action se situe en 1962 et se déroule sur trois journées, des deux dancings de Montluçon aux parquets-salons qui se montaient à Cérilly, Vallon-en-Sully, Tronçais, Urçay, Ainay-le-Château et jusqu'à Saint-Amand et Orval. « Tous les samedis, avec les copains, on regardait dans le journal local la page spéciale bal de campagne, se souvient l'auteur. Puis il fallait trouver un "zigoto" qui avait une voiture et alors on décidait où aller. On pouvait aller loin, même dans la Creuse ou dans le Puy-de-Dôme. » Comme tous les adolescents, les jeunes gens, dont Côtelette, le personnage principal du roman, sont à la recherche de filles plus que de rythmes endiablés. « Il y avait encore des valses, des tangos et déjà le Madison et le rock arrivaient », se rappelle Jean-Claude Fournier. À l'époque, pour rentrer au bal, sous le chapiteau, costume et cravate étaient de rigueur. Plus qu'un récit de souvenirs, Le Prince des parquets-salons se veut aussi le témoin d'une époque, à la fin de la guerre d'Algérie, au début des années "yéyé", où l'insouciance des jeunes et surtout leurs premiers émois étaient forcément freinés par l'inexistence de moyens de contraception légaux.
· Le Prince des parquets-salons, par Jean-Claude Fournier, Marivole éditions, collection Années 60. 22 euros. À noter : l'auteur sera présent au Salon du livre d'Orval, près de Saint-Amand, samedi 9 novembre de 10 h à 18 h, au centre socioculturel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte libre

  

Paperblog

Catégories